Partagez l’article

Partagez l’article

Le président Aoun a reçu le Dr Antoine Chedid à la tête d’une délégation du « Rassemblement pour le Liban en France RPL », qui comprenait de nombreux Libanais résidant en France, venus au Liban pour passer leurs vacances d’été.

Le Dr Chedid a pris la parole au nom de la délégation, transmettant au Président Aoun les salutations des Libanais de France et leur soutien pour les efforts qu’il a déployés, et qu’il déploie encore, pour surmonter les conditions difficiles que traverse le Liban, soulignant que les membres de la diaspora libanaise en France suivent ce qui se passe dans leur mère patrie, et apprécient hautement tous les sacrifices et les initiatives qui visent à sortir le pays de cèdre de ces crises actuelles ».
Il a déclaré : « Nous apprécions, Monsieur le Président, l’ampleur de vos souffrances et votre détermination à combattre la corruption et à affronter les corrompus, et nous espérons que vos efforts seront couronnés de succès ».

Le président Aoun a répondu en souhaitant la bienvenue à la délégation, en rappelant le rôle que les libanais ont joué en France à travers l’association « Rassemblement pour le Liban, RPL », et en exprimant sa joie de rencontrer les membres de ce rassemblement qui continuent à œuvrer pour leur patrie avec une détermination et une volonté sans relâche.

Ensuite, le président de la République a présenté à la délégation la situation actuelle au Liban, en mettant l’accent sur les accumulations de crises depuis trente ans, exacerbées au cours des dernières années par d’autres crises survenues dans le monde, la guerre en Syrie et le déplacement de plus d’un million et demi de Syriens vers le Liban, la propagation de la pandémie de COVID 19, et l’explosion du port de Beyrouth.

En réponse aux questions des participants, le président Aoun a affirmé que le Liban respecte ses droits sur ses eaux et ses ressources naturelles, et a parcouru un long chemin dans les négociations pour délimiter les frontières maritimes sud, qui seront achevées afin de parvenir à un accord à cet égard sous les auspices des Nations Unies et la médiation des États-Unis d’Amérique.
Le président de la République a estimé que la lutte contre la corruption devait se poursuivre parallèlement au contrôle pénal des comptes de la Banque du Liban, « car il y a un groupe qui a pillé ce pays et appauvri son peuple, et il n’est pas permis de sortir sans responsabilisation ni sanction, d’autant plus que les piliers de ce groupe se protègent et entravent en même temps tout processus de réparation ».

Le président Aoun a précisé qu’il suit régulièrement le dossier de l’explosion du port de Beyrouth, soulignant sa solidarité avec les familles des martyrs, des blessés, des handicapés et les familles des détenus sans preuves de leur responsabilité, et il a promis que la justice soit rendue afin de mettre les véritables auteurs responsables derrières les barreaux.